Affelnet 2021 – mépris du Rectorat et dilemme du prisonnier

Chers tous,

Comme vous le savez, nous avons écrit au Rectorat pour faire par de notre refus de la réforme d’Affelnet et proposer une série de d’adaptations concrètes et faciles à mettre en oeuvre.

Nous avons reçu une réponse, un peu courte il est vrai, nous expliquant en toute mauvaise fois que le Rectorat ne fixait pas les critères, mais nous proposant également d’échanger sur le sujet.

Las, les semaines passent. La campagne des vœux est désormais ouverte, et malgré nos relances, nous ne recevons plus aucune réponse. Vous avez dit mépris?

Ce toute évidence toutes les critiques émises contre cette réforme, et principalement l’assignation à résidence qu’elle impose aux élèves, ne sont pas de nature à provoquer la moindre remise en cause d’un Rectorat rigide qui n’est pas aux services des enfants et de leur famille.

A la faveur du Covid, des demi-jauge et des tests salivaires, la question de l’orientation est passée sous silence. Circulez, il n’y a rien à voir.

Russel Crow incarnant Nash, le mathématicien qui a découvert le dilemme du prisonnier

Le choix qu’il nous reste a été théorisée par le mathématicien Nash. C’est « le dilemme du prisonnier ». Deux coupables sont arrêtés par la police. Le premier qui dénonce l’autre se voir offrir une réduction de peine. Mais si les deux se taisent, ils seront tous les deux libres, car la police n’a aucune preuve. Malheureusement, les statistiques nous démontrent que la position collective, pourtant la meilleure rationnellement, n’est que très rarement atteinte, même si les deux coupables connaissent parfaitement les règles du jeu.

Dans notre situation, il se résume ainsi:

-Soit nous refusons tous, collectivement, d’entrer dans le jeux du Rectorat et ne mettons pas les cinq lycées de la zone 1 dans nos choix. Dans ce cas le système explose car il ne supportera pas cette indiscipline par rapport au modèle totalement préconçu et ne laissant aucune possibilité réelle sur lesquels il est bâti.

-Soit nous raisonnons chacun dans notre coin, de manière égoïste, assurant un avenir pour nos enfants en nous pliant à ces règles absurdes, et le Rectorat aura gagné et pourra se prévaloir du « succès » de sa réforme.

Ne soyons pas dupes. Le Rectorat connaît parfaitement ce dilemme et compte sur l’égoïsme et l’individualisme des parents pour nous léser et nous imposer des choix et une méthode dont nous ne voulons. Nous en sommes réduits à ce lamentable et inacceptable chantage.

Parents!

Si vous êtes rebels,

Si vous croyez encore que le nombre peu faire la différence

Si vous voulez vous battre pour l’avenir de tous nos enfants,

Vous savez ce qu’il vous reste à faire!

…mais bien sûr, si vous réfléchissez uniquement à votre enfant, personne ne vous en voudra…

Votre FCPE préférée,

Une réflexion au sujet de « Affelnet 2021 – mépris du Rectorat et dilemme du prisonnier »

  1. Bonjour,
    Merci pour cet article. Mon enfant n’est pas à François Couperin, mais nous avons aussi fait le choix risqué de ne pas mettre tous les établissements.
    On verra bien.
    Cordialement,
    Marie

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s