Affelnet 2018-2019 : questions techniques posées par les parents

Ces questions viennent compléter la présentation faite au Collège Couperin le 11/04/2019, disponible ici :

Les questions traitées dans ce document :

  • Planning des recrutements particuliers Henri IV et Louis Le Grand ;
  • Sur l’intérêt de parler de son enfant en disant « il a une moyenne de 17 »… ;
  • Influence des absences « longues » d’élèves sur leur socle de compétences ;
  • Tableau des places disponibles en seconde par lycée ;
  • Liste des collèges pouvant demander les mêmes lycées que Couperin ;
  • Pourquoi faut-il classer ses voeux Affelnet par ordre d’attractivité  décroissante ?
  • Traitement en fin de seconde des spécialités non couvertes par le lycée ;
  • Non connaissance du nombre de classes en 1ère.

Planning des recrutements particuliers Henri IV et Louis Le Grand :

Dans le slide projeté, j’avais laissé la mention « A vérifier », ayant bien noté une étrangeté… En pratique la réponse de Henri IV et Louis Le Grand tombera le 18 mai, et la saisie des vœux par l’établissement commencera le 23 mai. Donc il ne devrait pas y avoir de problème de procédure insurmontable, il faudra par contre communiquer avec le professeur principal sur la date de remise de la fiche de vœux.

Sur l’intérêt de parler de son enfant en disant « il a une moyenne de 17 »…

…et ce alors que l’on a vu durant la réunion que les notes sont regroupées par paliers de 5 en 5, et donc que 15,5 ou 19,5 ne change rien en termes d’Affelnet…

J’ai indiqué que c’était un abus, une simplification de langage : les parents parlent ainsi de leur enfant parce qu’ils ne savent pas comment fonctionne Affelnet, et qu’ils n’ont pas d’autre référence. Et moi aussi il m’arrive de tomber dans cette simplification.

Mais il est vrai qu’avec notre simulateur d’Affelnet développé l’année dernière, nous pouvons vous confirmer que globalement, dans la vraie vie, un élève à 18/20 de moyenne a plus de points qu’un élève à 15/20. Théoriquement (sans tenir compte du socle de compétences) un élève avec que des 11/20 et un élève avec que des 14/20 partout auront le même nombre de points pour les bilans périodiques. Le socle de compétences vient bouleverser tout cela, mais là encore, il n’est pas idiot de considérer qu’un élève à 14/20 aura un meilleur socle de compétences qu’un élève à 11/20. C’est donc une manière de parler qui, dans les faits, a un sens.

Il y a aussi un autre intérêt à parler des moyennes, c’est dans le cas des recrutements particuliers, où les notes réelles seront prises en compte dans l’examen du dossier.

Influence des absences « longues » d’élèves sur leur socle de compétences :

C’est un vrai point sur lequel je n’ai pas de réponse absolue. A priori – si ce n’est déjà fait –  je conseillerai de rencontrer le professeur principal ou la Direction de l’établissement rapidement.

Tableau des places disponibles en seconde par lycée :

Nous les avons trouvées !
Spécial Couperin : DHG (v2) 2019 : la composition des établissements.

Liste des collèges pouvant demander les mêmes lycées que Couperin :

=> une très bonne idée, a venir très rapidement aussi.

Pourquoi faut-il classer ses voeux Affelnet par ordre d’attractivité  décroissante ?

En fait, ma réflexion sur l’ordre par attractivité décroissante vient du fait qu’en analysant l’algorithme de Gale et Shapley, on tombe sur une particularité amusante : si les élèves peuvent faire 10 vœux, on va alors voir qu’en conséquence le logiciel Affelnet travaille en 10 rounds.

A chaque round, Affelnet regarde le vœux de chaque enfant qui n’est pas encore affecté, et le compare à la liste des élèves déjà affectés dans le lycée. C’est un process qui a l’air simple comme ça, mais qui en fait a deux effets de bord notables :

  • D’abord, Affelnet regarde le vœux de chaque enfant qui n’est pas encore affecté. C’est à dire que si un enfant est affecté au round x, à partir du round x+1 on ne le gère plus puisque qu’il est affecté.
  • Ensuite, Affelnet le compare à la liste des élèves déjà affectés dans le lycée. Et c’est là qu’intervient Gale et Shapley qui est un algorithme d’acceptation différée. Cela veut dire qu’avant la fin des 10 rounds, toute affectation est temporaire ! Donc, un élève peut se faire sortir de son affectation par quelqu’un ayant plus de points ! Mais si par exemple un élève se fait affecter temporairement au 2ème round et sortir au 8ème, il ne « rejouera » qu’au 9ème round et 10ème round : il aura perdu ses vœux de rang 3 à 8 !

Pour une bonne démonstration, on peut voir sur https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2818/files/2017/03/Slides_seminaire_Codes_Sources.pdf la page 15/47 (slide 27) et les suivantes (« L’algorithme d’acceptation différée : définition »), faites par le créateur d’AFFELNET.

En conséquence :

  • En classant par attractivité décroissante on augmente ses chances de se faire faire éliminer de son affectation temporaire (ce qui arrivera de toutes façon si l’élève n’a pas assez de points) dans les premiers tours.
  • En classant par attractivité croissante on augmentes ses chances d’être affecté dans les premiers tours, mais de n’être chassé de son affectation temporaire éventuellement que dans les derniers. Et là les conséquences sont impactantes.

Traitement en fin de seconde des spécialités non couvertes par le lycée

En fait tous les lycées n’offrent pas la même carte de spécialités, c’est ce que nous avons présenté hier. Mais, comment est traité le problème si après l’année de seconde de votre enfant, les spécialités qu’il souhaite pour la première ne sont pas dispensées dans le lycée où il est ? La réponse est complexe.

Dans ce cas, le chef d’établissement du lycée propose en premier lieu plusieurs solutions alternatives à l’élève et à sa famille :

  • Suivre un/ plusieurs autre(s) enseignement(s) de spécialité offert(s) dans la carte des formations de l’établissement parmi les 4 souhaits formulés au 2ème trimestre, si la composition choisie est compatible avec les autres enseignements de spécialité demandés ;
  • Suivre un/ plusieurs autre(s) enseignement(s) de spécialité offert(s) dans la carte des formations de l’établissement, qui ne figurai(en)t pas dans les 4 souhaits formulés par l’élève au 2ème trimestre (sous réserve que la composition choisie soit compatible avec les autres enseignements de spécialité demandés) ;
  • Suivre un des enseignements de spécialité demandés avec le CNED, à la condition qu’un enseignant référent puisse être désigné au sein du lycée et sous réserve de l’accord explicite du Recteur d’académie ;
  • Suivre le/les enseignement(s) de spécialité demandé(s) dans un lycée voisin, dans le cadre d’une convention établie entre les deux établissements, si la composition choisie le permet. Attention : n’oubliez pas la note DGESCO du 6 mars, qui explique que c’est quasi impossible ! ( Vous pouvez trouver cette note de la DGESCO en cliquant sur ce lien ).
  • Si aucune de ces solutions n’est susceptible de satisfaire l’élève et sa famille, ils peuvent demander, à titre exceptionnel, un changement d’établissement. Ils peuvent formuler quatre voeux portant sur des établissements offrant les trois enseignements demandés et situés prioritairement dans leur district de référence quand l’offre de formation le permet. Toutefois, au regard de la composition demandée, un autre établissement pourra être proposé.

En gros, c’est donc :

  • Suivre un autre enseignement de spécialité
  • Suivre un des enseignements de spécialité demandés avec le CNED en cours par correspondance
  • Suivre dans un lycée voisin mais pas prioritaire, il faut qu’il y ait de la place)
  • Changer d’établissement.

Non connaissance du nombre de classes en 1ère

J’ai eu aussi quelques questions par mail, dont une vraiment très intéressante de Marie Laure sur le devenir en 1ère des élèves affectés : la carte des spécialités indique les spécialités qui seront disponibles en 1ère, mais pas le nombre de classes… L’exemple donné dans le mail est particulièrement bien trouvé : Sophie Germain a cette année (l’année prochaine, avec la réforme du bac, on ne pourra plus parler en ces termes) 8 classes de seconde. Sur ces 8 classes, en 1ère il n’y a que 2 classes de S. Donc à Sophie Germain, seul un quart des élèves intégreront une section S, les 3 quarts iront ailleurs. Où ?

=> je vais essayer d’obtenir une liste des classes section par section pour les 16 lycées disponibles pour Couperin. Cela appelle quand même deux remarques :

La réforme du bac va modifier tout cela… même si fondamentalement l’organisation des établissements scolaires ne sera pas chamboulée, les enseignants dans un établissement ne changeant pas, tout cela ne sera pas forcément exact l’année prochaine ;

Attention à ne pas faire des vœux trop précis, à ne pas se dire : « pour mon enfant, je veux cet établissement, et pas un autre ». Affelnet ne vous garantit rien, bien au contraire !!! Comme je le disais plus haut, ne vous enfermez pas dans une stratégie trop étroite, vous n’en tireriez que déception. Et gardez à l’esprit que l’année dernière, les ¾ des élèves de Couperin ont eu un de leurs 3 premiers vœux.

Cette question amène une réflexion que je fais souvent : le vrai résultat de l’affectation se voit en 1ère, et pas en 2nde. C’est une notion assez perturbante, parce que cela veut dire que l’affectation en seconde n’est qu’une étape, dont on ne verra les vrais résultats qu’un an plus tard. Et qu’il n’y a pas de statistiques là-dessus (un tableau qui dirait : tant d’élèves de Couperin en 3ème se retrouvent dans telle section en 1ère deux ans plus tard). C’est pour cela qu’il faut vraiment prendre l’affectation en seconde au sérieux : ce n’est qu’une étape, mais une étape cruciale.

Je modifierai les slides rapidement pour refléter ces points précis. En attendant, si vous avez des questions particulières, n’hésitez pas à nous écrire : question@fcpecouperin.fr